Migration: un exploit pour la cité de New York

Les immigrants actuels de la ville de New York ont ??des difficultés dans un système économique qui peut être de plus en plus inégal et cela profite aux capacités et à l’éducation mentionnées précédemment. Pour les immigrants en provenance des États-Unis d’Amérique et aussi des Caraïbes, dont la mesure du niveau de scolarité est nettement inférieure à la moyenne, cela peut conduire à des degrés de revenu assez bas et à des charges de pauvreté. La table de cuisine 1 affiche les signes de base de la position socio-économique pour un certain nombre de communautés The Big Apple. Les informations proviennent du 2000 You.S. Recensement de la population humaine. Comme on le voit, le revenu annuel de chaque personne dans la maison commune de Ny City était de 24 010 $. Mais pour les migrants dominicains, le groupe d’immigrants le plus important de la ville, le revenu moyen par habitant de 10 417 $ n’était même pas la moitié du normal pour la région et beaucoup moins d’un-prochain le revenu pour chaque habitant des habitants blancs. Les coûts de la pauvreté parmi les immigrants sont également généralement plus élevés que dans la population totale de la ville. Par exemple, conformément au recensement de 2000, environ 30% des immigrants dominicains et mexicains à New York ont ??obtenu des revenus inférieurs à la fourchette de pauvreté, supérieurs par rapport au prix de la pauvreté à l’échelle de la ville d’environ 20%. La lutte des immigrants dans et autour de New York est décrite de manière poignante par l’auteur dominicain Junot Diaz dans le nouveau Drown (1996). Le bureau 1 montre que le faible niveau socioéconomique des nouveaux immigrants de York n’est pas associé à un chômage important. Les coûts du chômage parmi les immigrants ne sont généralement pas si différents de ceux des autres New-Yorkais. Mais les revenus sont beaucoup plus faibles, un résultat lié dans une certaine mesure à la diminution de la réussite scolaire. Comme le montre le tableau 1, le pourcentage d’immigrants âgés de 20 à 5 ans qui n’avaient pas achevé une éducation et un apprentissage institutionnels accrus en 2000 était supérieur à celui de la population de la ville; pour les dominicains, elle était absolument de 56%, soit bien plus de 2 fois la moyenne de la ville. Certains immigrants récents seront également des employés sans papiers et feront face à des obstacles socio-économiques plus graves. Les citations pour 2005 suggèrent que jusqu’à 10 millions d’employés sans papiers pourraient résider en Amérique, dont 500 000 dans la région de New York. Les récents projets de police d’assurance-immigration ont généré des efforts d’application des lois d’immigration beaucoup plus rigoureux aux États-Unis, en particulier à la suite des attentats cardiaques du 11 septembre 2001, Planet Buy and sell. En conséquence, de nombreux employés sans-papiers, qu’ils viennent de Chine, du Mexique ou de l’Équateur, sont contraints à la clandestinité, craignant d’être expulsés après de nombreuses années passées chez eux en Amérique. L’entrée aux États-Unis de plusieurs pays en développement du monde entier est devenue beaucoup plus difficile à la fois pour les immigrants documentés et sans papiers. Néanmoins, les défis sociétaux et économiques des nouveaux immigrants ne sont certainement pas nouveaux. Dans le passé, les immigrants non qualifiés se sont battus à l’intérieur de l’économie globale de Ny City. Même les professionnels sociables qui ont suggéré l’idée de faire fondre les casseroles ont noté que l’assimilation des immigrants a pris de nombreuses générations, les immigrants eux-mêmes étant généralement restés enfermés dans des enclaves raciales avec une intégration linguistique, politique et financière restreinte dans la société moderne citoyenne américaine, que ce soit au moyen d’un Kleindeutschland ou peut-être un quartier. Certains trouvent que l’Amérique, en particulier l’Amérique du centre-ville, n’avait pas été et ne sera probablement en aucun cas culturellement homogène. Par exemple, Nathan Glazer et Daniel Patrick Moynihan ont déterminé dans Beyond the Melting Cooking pot (1963) que dans The Big Apple, la variété culturelle et l’identité raciale continuent d’être égales après de nombreuses années, un résumé partagé récemment par les sociologues Victor Nee et Richard Alba. . De même, certaines équipes d’immigrants ont pu dans le passé passer du simple fait d’être des minorités raciales et raciales marginalisées à devenir considérées au sein du plus grand pourcentage de population blanche du pays alors que d’autres ne l’ont pas été. Les chercheurs sociétaux, par exemple Milton M. Gordon et John Ogbu, ont suggéré que la discrimination et l’exclusion sociale peuvent bloquer ou bloquer complètement tout processus d’assimilation des groupes d’immigrants stigmatisés. La «racialisation» de ces immigrants pourrait bien ne pas, même dans ce cas, gérer les lignes faciales raciales faciles à coupler de couleur noire-blanche. Comme l’ont récemment noté les sociologues Jennifer Hochschild, Clara Rodriguez et Mary Oceans, la formation raciale des derniers immigrants pourrait changer les bâtiments complexes, liés à des identités raciales éventuellement multiples. En outre, les vagues actuelles de migrants à Ny City incluent de nombreux migrants qui font la navette entre leurs pays fournisseurs et les États-Unis. Cette transnationalisation, distinguant la toute nouvelle immigration des anciennes vagues d’immigration occidentale du XIXe et du début du XXe, génère de nouvelles possibilités mais en plus des obstacles pour vos migrants.

19. juin 2020 par admin
Catégories: Uncategorized | Commentaires fermés