La Turquie frappe militairement sur les Kurdes

La poussée aérienne de la Turquie a exécuté l’une de ses plus grandes frappes aériennes en opposition aux séparatistes kurdes dans le nord de l’Irak, à l’intérieur d’un présent de l’armée pouvant coïncider avec sa participation croissante aux différends nationaux. De nombreux avions de combat turcs, des drones armés, des avions de ravitaillement en vol et de communication aéroportée ont été envoyés depuis des bases à travers le pays pour participer à des frappes immédiates contre 81 cachettes utilisées par le Parti des travailleurs du Kurdistan ou PKK, a déclaré lundi le ministère du Bouclier. Il a reconnu l’offensive comme des représailles contre les derniers épisodes militants sur l’armée. La consommation inhabituelle d’une variété d’avions et de drones dans le nord de l’Irak a signalé la préparation de l’armée de l’air turque à faire quelque chose au-delà des frontières du pays – et n’a été effectuée que deux jours et deux nuits après que les forces armées ont effectué une aura et un exercice naval dans le Méditerranée qui a atteint jusqu’en Libye. Moins que le chef Recep Tayyip Erdogan, la Turquie continue de développer son empreinte militaire dans la région dans le but de protéger ses passions reconnues. Ses actions ont provoqué des associations difficiles avec la Fédération de Russie et l’Iran, qui ont soutenu les parties adverses dans la guerre civile en Syrie, ainsi qu’avec Chypre et la Grèce, au sujet des États rivaux, sources entièrement naturelles à l’intérieur de la Méditerranée. L’implication accrue de la Turquie en Libye au cours des derniers mois a créé des liens encore plus tendus avec la Russie, pour son aide aux forces rivales. En opposition à ce contexte, les autorités russes les mieux notées ont reporté dimanche à la dernière minute une visite à Ankara. Le ministre iranien des Outre-mer, Javad Zarif, devait poursuivre ses discussions avec son équivalent turc Mevlut Cavusoglu à Istanbul lundi et signer un contrat de collaboration non spécifié. La Turquie exhorte définitivement Téhéran à accepter des interventions chirurgicales conjointes des éléments du PKK en Iran. La Turquie a accru sa pression sur les militants kurdes après que les facteurs kurdes associés au PKK ont obtenu le soutien des États-Unis en Syrie, où ils ont mené la promotion de la déroute de l’État islamique. La préhistoire des Kurdes est mal identifiée, mais leurs ancêtres semblent avoir habité exactement le même endroit de montagne pendant des millénaires. Les documents des premiers empires de Mésopotamie contiennent des références répétées à des tribus montagnardes avec des étiquettes ressemblant à «Kurdes». Les Kardouchoi dont l’historien grec Xénophon parle dans Anabasis (ils ont attaqué les «Dix mille» près de Zakhu, en Irak, en 401 avant notre ère) auraient pu être kurdes, cependant, certains chercheurs contestent cet État. Le titre kurde pourrait être ancien avec une assurance quant à la durée de la conversion des tribus à l’islam au 7ème siècle de notre ère. La plupart des Kurdes sont des musulmans sunnites, et l’un d’entre eux un large éventail de pratiquants de soufisme et d’autres sectes magiques. Malgré leur profession de longue date de votre position distincte dans le monde, les Kurdes n’ont en aucun cas obtenu la position de pays-express. Leur réputation d’expertise militaire les rend très recherchés comme mercenaires dans de nombreuses armées. Le sultan Saladin, le plus largement connu du monde occidental pour ses exploits des croisades, incarne la position des services militaires kurdes.

14. septembre 2020 par admin
Catégories: Uncategorized | Commentaires fermés