Critique de la critique du libre marché

Dès l’instant où un entrepreneur évoque la question du libre marché, il se trouve toujours dans la salle un intellectuel qui n’a jamais manqué de rien pour dénigrer ce « pernicieux système libéral »: parce que pour les intellectuels, le libre marché est généralement un danger, qui spolierait chaque jour les plus démunis. « Vous comprenez, nous refusons le libre marché car il est préjudiciable à la plèbe. Il faut protéger nos gueux. » Ainsi, pour eux, les pays pauvres seraient ravagés par l’avidité du libre marché. Vous l’aurez certainement compris, je ne partage pas cette conviction. Pendant un séminaire à Marrakech auquel j’ai assisté récemment, un intervenant a d’ailleurs détruit point après point cette conviction. Je vais essayer de résumer ici son propos. En fait, quand on accuse le libre marché d’appauvrir le pauvre, on est à l’opposé de la vérité. Pour une raison toute simple : les citoyens des pays en développement souffrent plus que toute autre chose d’un cruel manque de libre marché. Ce n’est pas un hasard si les plus défavorisés de par le monde habitent ordinairement dans des secteurs où la capacité de vivre leur existence comme ils le souhaitent leur est purement et simplement interdite. Pourquoi ? Parce que réduire le libre marché conduit à réduire la liberté. C’est pourquoi le libre marché est réprimé dans des régimes totalitaires comme la Corée du Nord. En toute logique, Si Kim Jong-Un ne fait déjà pas confiance à sa population pour lui accorder la liberté de voter, il est logique qu’il n’accorde pas à cette même population la liberté d’effectuer ses propres choix dans le cadre du libre marché ! Pendant ce séminaire à Marrakech, l’intervenant a même décidé d’aller plus loin dans son raisonnement : il a avancé que le libre marché était en fait très salutaire pour les plus faibles. Il leur offre en effet la chance de proposer leur travail à un public beaucoup plus vaste, et en tant que clients, les plus pauvres disposent également d’un accès plus large et moins coûteux à des biens et services. Par voie de conséquence, la plupart des plus défavorisés de par le monde destinent de nos jours une part moins importante de leurs salaires à la nourriture qu’auparavant. Dans les pays en développement qui ont fait le choix du libre marché et favorisent l’importation de produits, les gens bénéficient de davantage de choix en ce qui concerne les produits, et à des prix inférieurs. Pour en savoir plus, allez sur le site qui propose cet incentive au Maroc suivez le lien si vous souhaitez vous inscrire à la prochaine édition.

marrakech

23. novembre 2015 par admin
Catégories: Business | Tags: , | Commentaires fermés