Conformité et équité dans la communauté

Le problème de la conformité fiscale est aussi ancien que la perception de taxes. Les innovations dans l’administration fiscale qui induisent des taux de conformité élevés à un coût raisonnable sont extrêmement importantes pour les gouvernements. Cette chronique montre comment la taille, un mécanisme de perception fiscale du Paris médiéval, a augmenté la conformité en transformant le coût social de l’évasion fiscale en un coût privé. Il offre un modèle de perception fiscale qui est toujours d’actualité pour les gouvernements. Le problème de la conformité fiscale est aussi ancien que la perception de taxes (Allingham et Sandmo 1972). Une conformité élevée des contribuables est importante pour les gouvernements pour de nombreuses raisons. La non-conformité limite les ressources disponibles pour gouverner. En outre, le non-respect peut saper la légitimité du gouvernement, et le non-respect qui est inégalement réparti entre les classes sociales, les professions ou les niveaux de revenu peut conduire à des troubles politiques et sociaux, voire à la violence. Par conséquent, les gouvernements consacrent des ressources considérables à la réduction de l’évasion fiscale, et les innovations dans l’administration fiscale qui induisent des taux de conformité élevés à un coût raisonnable sont extrêmement importantes. Ces questions sont particulièrement importantes pour les gouvernements des pays en développement, qui manquent généralement de capacités administratives mais ont un besoin urgent de recettes à dépenser pour les infrastructures et autres biens publics. La principale difficulté de perception des impôts est restée constante tout au long de l’histoire. Les citoyens ont des informations supérieures sur la base sur laquelle la plupart des impôts sont collectés, en particulier sur leurs propres revenus et richesses. De plus, dans le Paris médiéval, comme dans les économies en développement aujourd’hui (OIT 2016), la part des travailleurs gagnant des salaires ou des salaires qui pourraient être déclarés ou perçus par l’employeur était faible. Cela favorise le recours aux impôts prélevés sur les transactions facilement observables. Cependant, ces impôts indirects ont d’autres caractéristiques indésirables: ils sont en particulier généralement des facteurs régressifs et potentiels de troubles sociaux. Le recours à une fiscalité régressive dans les économies en développement contemporaines, qui présentent généralement de fortes inégalités de revenus, est particulièrement insatisfaisant. Si les impôts directs sur le revenu et la fortune des particuliers peuvent éviter ces difficultés, ils sont plus difficiles à collecter en raison du problème asymétrique d’information mentionné. Les problèmes rencontrés par les rois médiévaux étaient similaires. Ils avaient des capacités administratives modestes, n’avaient aucun des registres et rapports des tiers que les gouvernements modernes utilisent, et ils étaient confrontés à des distributions de revenus très inégales. Une méthode utilisée par de nombreux gouvernements dans l’Europe médiévale et au début de l’Europe moderne pour percevoir les impôts consistait à déléguer la perception et le recouvrement des impôts à des collecteurs d’impôts «privés» (agriculteurs fiscaux) ou aux gouvernements locaux. La variation de ce que nous étudions est apparue en France au XIIIe siècle. Tout d’abord, une obligation fiscale donnée affectée à une initiative royale spécifique a été acceptée par la Couronne et un gouvernement représentatif local, puis il a été laissé aux autorités locales de répartir cette obligation entre ses circonscriptions et de percevoir la somme convenue. Des variantes de ce système décentralisé de perception des impôts ont été utilisées à différents moments et en différents endroits en Europe. Johnson et Koyama (2014) discutent de l’évolution de l’agriculture fiscale en Europe, où la caractéristique clé était que les agriculteurs fiscaux étaient des agents privés qui étaient les demandeurs résiduels des taxes qu’ils percevaient au-dessus du quota convenu. Dans notre récente étude (Slivinski et Sussman 2019), nous examinons un mécanisme de collecte d’impôts réussi, la taille, qui a été utilisé dans le Paris médiéval principalement pour financer des guerres menées par le roi de France. Les caractéristiques essentielles de la taille étaient un accord entre la Couronne et le gouvernement de la ville pour collecter un montant fixe de revenus, et un processus de collecte qui comprenait la révélation publique des évaluations fiscales individuelles avant leur collecte. Ce mécanisme a amélioré la conformité en transformant le coût social de l’évasion fiscale en un coût privé. Nous développons un modèle théorique hautement stylisé de la taille avec les citoyens comme acteurs stratégiques qui génère un équilibre essentiellement unique dans lequel la ville perçoit le montant de taxe souhaité dans le respect parfait. La clé pour atteindre la conformité était qu’un passif fiscal fixe était réparti entre une communauté de contribuables qui détiennent des informations les uns sur les autres et évalués par des évaluateurs compétents. Ainsi, si un contribuable individuel échappait à l’impôt, ses collègues contribuables devaient trouver la différence. Cependant, notre modèle montre que ce n’est pas une condition suffisante pour la conformité. Il est nécessaire que les évaluations fiscales soient rendues publiques à tous les contribuables avant leur perception. La taille parisienne était soutenue par une norme sociale qui, d’une part, affectait cette taxe principalement aux riches et, d’autre part, obligeait tous les citoyens à contribuer même de très petites sommes. Cette norme a atteint trois objectifs: le jeu fiscal principal a été joué par relativement peu de contribuables riches, ce qui a réduit les coûts d’information et d’application; il a envoyé un message d’équité; et il a lié la communauté. Les informations que nous découvrons à partir des dossiers fiscaux historiques de la taille prélevée à Paris au cours de la période 1292 à 1313 (tableau 1) indiquent que ce mécanisme de taxation a permis au gouvernement de la ville de percevoir les revenus souhaités à faible coût et avec des niveaux élevés de conformité, malgré machines bureaucratiques minimales. La réalisation de la perception d’un impôt sur le revenu ou sur la fortune chaque année au moyen-âge dans une ville de plus de 200 000 habitants ne peut être surestimée. La tentative de Florence de percevoir une telle taxe, le Catasto de 1427, ne réussit pas aussi bien et ne se répéta pas (Herlihy et Klapisch-Zuber 1978). Tableau 1 Nombre de contribuables et impôt collecté dans les rôles d’imposition parisiens Nous montrons également que la taille parisienne a réussi dans d’autres dimensions. Les rôles d’imposition réels sont utilisés pour montrer (figure 1) que la taxe a en fait été payée principalement par les élites riches, et nous soutenons que c’est en partie pourquoi son imposition n’a conduit à aucune agitation civile. De plus, les dossiers montrent que cet environnement a attiré de nombreux étrangers à Paris, où, contrairement à d’autres villes de l’époque (Gelderblom 2013), ils jouissaient d’un sentiment élevé de sécurité (figure 2). Nous prouvons que la conformité était élevée, tout comme le prédit notre modèle théorique. On peut affirmer que, puisque les impôts médiévaux en général étaient assez bas par rapport aux normes modernes, la conformité peut avoir été une tâche simple car les enjeux étaient faibles. En utilisant des sources supplémentaires, nous fournissons de nouvelles preuves sur le fardeau fiscal supporté par les contribuables riches et montrons qu’il était assez élevé. Au cours de la période de 1292 à 1300, les riches ont payé un impôt sur la fortune annuel qui dépassait 4%, ce qui équivalait à un impôt de 25 à 50% sur le revenu du capital annuel. Par conséquent, la conformité obtenue n’était nullement anodine. Figure 1 Répartition des recettes fiscales, Paris taille, 1292 Figure 2 Répartition des recettes fiscales par pays d’origine, Paris taille, 1297 L’environnement économique et politique de la France de la fin du XIIIe siècle a beaucoup en commun avec celui des économies en développement modernes, et le succès de la taille parisienne pourrait être pertinent pour les défis contemporains de collecte des impôts. Dans les économies en développement, la perception des impôts pourrait être confiée de la même manière aux communautés locales pour accroître la conformité. Même dans les économies développées, dans des secteurs où les gouvernements ont des informations inférieures sur l’activité économique, la collecte des impôts pourrait être déléguée selon des principes similaires à des associations professionnelles bien informées. Une caractéristique supplémentaire de la taille parisienne – l’allocation de la majeure partie de la charge fiscale aux contribuables aisés – semble avoir généré un sentiment d’équité qui a facilité la perception des impôts. Dans les économies en développement à forte inégalité, l’équité perçue du système fiscal pourrait également accroître la conformité. Enfin, la perception de paiements d’impôts même infimes de tous les citoyens solidifie la solidarité, ce qui a de nombreux autres effets positifs (Baldwin 1990).

19. juin 2020 par admin
Catégories: International | Commentaires fermés