Là-haut

La semaine dernière, j’ai testé avec mon épouse un vol en montgolfière. Ca s’est passé à Cholet, et je dois dire que c’était carrément merveilleux. Pourtant, il faut être honnête : je n’étais pas spécialement chaud au départ (c’est ma douce qui a fait des pieds et des mains pour que j’aille avec elle), mais je dois reconnaître que j’ai été agréablement surpris. Parce que les sensations là-haut sont splendides ! Certes, ce ne sont pas des sensations fortes comme celles qu’on peut ressentir dans d’autres disciplines aériennes. Mais ce sont des sensations très singulières. On y profite d’une vue imprenable, mais ça ne résume pas tout. Ca, c’est juste la partie émergée de l’iceberg, en fait. Lorsqu’on s’élève dans les cieux à bord de cet étrange appareil, l’esprit aussi s’élève. Et ça, c’est juste incroyable. C’est un truc assez difficile à décrire, qu’on ne ressent pas du tout à bord d’un avion, par exemple. Peut-être est-ce dû au fait qu’on peut sentir le vent sur sa peau. Je ne sais pas , mais c’est en tout cas ce qui en fait tout le charme. Les vols se passent à l’aube, car en journée, le soleil provoque des courants d’air chaud qui peuvent conduire le ballon n’importe où. On survole donc un monde qui sort peu à peu de son sommeil. D’une certaine manière, c’est comme assister à la naissance du monde. D’autant plus qu’avec la hauteur, tous les éléments du paysage sont minuscules : on a donc un peu la sensation d’être Dieu assistant au réveil du monde. Je serais bien incapable de vous décrire toutes les idées qu’on peut avoir dans les cieux, mais c’est absolument divin ! Toutefois, je n’ai pas l’impression que tout le monde à bord ait vécu la même expérience. Nous étions quatre à bord (sans compter l’aérostier), et certains ambitionnaient simplement de distinguer leur maison depuis les cieux. Mais en même temps, c’est un peu comme au cinéma : un même film peut être perçu de manière très différente d’un spectateur à l’autre ! Quoi qu’il en soit, si vous en avez un jour l’occasion, tentez l’aventure. Vous pouvez voir le site par lequel je suis passé pour ce vol en montgolfière. Si vous habitez pas trop loin de Cholet, sautez le pas : la vue est tout simplement sublime. Et scruter la nature par les yeux de Dieu, ça mérite bien de sacrifier quelques heures de sommeil… Retrouvez plus de renseignements sur l’organisateur de cette expérience de ce baptême de l’air en montgolfière à Cholet.

montgolfiere1

21. novembre 2017 par admin
Catégories: moi | Tags: | Commentaires fermés

L’UE et le traitement des eaux urbaines résiduaires

La Directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, accompagnée des autres instruments européens relatifs à la lutte contre la pollution et à la protection de l’environnement, est un outil juridique majeur qui a contribué aux progrès dont témoigne la figure 12.1. La Directive, adoptée en 1991, porte sur la collecte, les rejets et le traitement des eaux usées urbaines. Elle vise principalement à protéger les eaux de surface des effets néfastes des rejets d’eaux usées. Cela passe par l’obligation de la collecte et du traitement des eaux usées dans toutes les agglomérations ayant un équivalent habitant (EH) supérieur à 2 000. La Directive prévoit un traitement biologique des eaux usées (traitement secondaire) dans les agglomérations ayant un EH supérieur à 10 000, ou même plus faible. Dans les bassins versants présentant des eaux particulièrement sensibles (ce qui représente près de 75 % du territoire de l’UE), tels que ceux qui sont atteints d’eutrophisation, un traitement tertiaire est parfois requis. La Directive prévoyait, au moyen d’un calendrier progressif de mise en œuvre, de commencer par la mise en conformité des systèmes des plus grandes agglomérations, dont l’impact est théoriquement le plus élevé. Sur la base des séries de données fournies par 28 États membres de l’UE, portant sur plus de 19 000 agglomérations ayant un (EH) supérieur à 2 000 et générant une pollution correspondant à 495 millions d’EH, la Commission européenne a évalué le taux de conformité général à 88 %. Un investissement supplémentaire de 22 milliards d’euros est prévu, ce qui permettra aux États membres de l’UE de se conformer pleinement à la Directive. L’un des principaux défis en matière de mise en œuvre, en dehors des investissements, est la planification à long terme. Là où l’application de la Directive est en bonne voie et où des réseaux d’égouts unitaires sont en place, les débordements d’eaux pluviales peuvent aussi présenter des risques de pollution diffuse. Il importe donc de limiter ces débordements afin d’améliorer les taux de conformité. La mise en conformité représente un défi, surtout pour les nouveaux États membres, mais il s’agit aussi d’une occasion d’accomplir des progrès.

21. novembre 2017 par admin
Catégories: Business | Commentaires fermés

Vol, peur et réfléxologie

L’une des plaintes les plus courantes concernant le vol est l’oreille bloquée et les sinus douloureux. Cela peut être exaspéré lorsque vous voyagez avec un rhume ou une grippe. Alors, comment Reflexology peut-il aider avec cela? La réflexologie est basée sur la théorie selon laquelle tout le corps, ses structures, ses glandes et ses organes sont «tracés» sous la forme de «réflexes» sur les pieds et les mains. Masser et travailler des points de pression spécifiques sur les pieds ou les mains peut libérer des blocages d’énergie, soulager certains symptômes et équilibrer le corps. (Un réflexologue professionnel utilise des techniques de pression spécifiques.) La réflexologie est principalement effectuée sur les pieds, mais elle peut également être réalisée sur les mains, à quoi nous nous concentrons maintenant. Sur le tableau de réflexologie ou «carte», tous les orteils et les doigts se rapportent à la tête, le visage, les yeux, les oreilles, le nez, les nerfs crâniens et les sinus. Ainsi, en massant tous vos doigts, vous pouvez aider à soulager la congestion des sinus et les oreilles bloquées. Ma suggestion est de commencer dans le salon de départ (ou même à la maison ou de voyager à l’aéroport si vous avez un rhume ou de savoir que vous souffrez habituellement dans l’avion). Trouvez un endroit où vous pouvez vous asseoir dans le confort, essayez de vous détendre et de masser tous vos doigts et les doigts de la base à la pointe (cela peut être très apaisant en soi). Si vous trouvez des zones sensibles, prêtez-leur une attention particulière. Continuer sur l’avion avant et pendant le décollage et l’apres si nécessaire. Ces étapes simples peuvent souvent avoir des résultats étonnamment bons. Une autre suggestion que j’ai consiste à trouver un tableau de réflexologie à la main. Ceux-ci peuvent généralement être ramassés dans des librairies alternatives ou en ligne. Ceux-ci font d’excellents signets et vous donnent également l’information à portée de main pour vous aider avec des problèmes mineurs sur vos déplacements. Remarque; ces astuces ne remontent pas à un traitement de réflexologie complet où l’ensemble du corps est réintégré. Mais sont destinés à aider les symptômes sur place. Pour en savoir plus, retrouvez tous les conseils sur le site de la Peur en avion.

11. octobre 2017 par admin
Catégories: International | Commentaires fermés

L’évolution de la population européenne

Les Européens vivent plus longtemps et en meilleure santé, et c’est une bonne nouvelle. Grâce à des décennies de paix, de couverture médicale, d’avancées médicales et de meilleures conditions de vie et de travail, un plus grand nombre de personnes jouissent aujourd’hui d’une retraite plus longue et plus active. L’espérance de vie s’est améliorée de manière spectaculaire. Pour les hommes, elle est passée de 43 ans en moyenne en 1900 à 82 en 2050 selon les prévisions. Pour les femmes, elle était de 46 ans et il est prévu qu’elle atteigne 87 ans d’ici à 2050. La plupart des bébés nés en Europe d’ici à 2025 seront encore en vie dans 100 ans. Cependant, l’espérance de vie en bonne santé et l’accès aux services de soins de santé varient encore considérablement selon les catégories de revenus et les régions. Les Européens ont également moins d’enfants qu’auparavant. Dans les années 60, la norme était de plus de deux naissances par femme, tandis qu’actuellement le taux de fécondité de l’UE est de 1,58 en moyenne. À titre d’exemple, les taux de fécondité en Irlande et au Portugal étaient de plus de 3, contre moins de 2 à l’heure actuelle. L’augmentation de l’espérance de vie associée à la chute des taux de fécondité génère un vieillissement important de notre société. Le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans est déjà supérieur au nombre d’enfants de moins de 14 ans au sein de l’UE. D’ici à 2050, près d’un tiers des Européens seront âgés de 65 ans ou plus, alors qu’ils ne représentent que moins d’un cinquième de la population aujourd’hui. Par rapport au reste du monde, l’Europe sera la région «la plus âgée», avec un âge médian de 45 ans à l’horizon 2030. L’augmentation de l’espérance de vie n’est pas toujours synonyme d’années de vie en bonne santé: quelque 50 millions de personnes dans l’EU-27 souffrent de maladies chroniques, qui causent chaque année la mort prématurée de près d’un demi-million de personnes en âge de travailler. Ces décès pourraient être évités grâce à des politiques de santé publique et de prévention plus efficaces ou à des prestations de soins de santé plus rapides et plus efficaces.

06. octobre 2017 par admin
Catégories: Politique | Commentaires fermés

La feuille de route informatique

Le développement de l’informatique et la numérisation systématique d’informations de toutes sortes bouleversent l’ensemble de la société et de ses activités, conduisant à ce qu’on appelle au sens large « le monde numérique ». La spécificité des activités et industries numériques est claire : elles manipulent des informations immatérielles, très différentes des objets matériels. Un programme ou une donnée informatique ne pèsent rien, se transportent quasiment sans coût, et se dupliquent exactement à volonté. Mais, dans notre pays, tout le monde ne reconnaît pas encore trois vérités que l’Académie des sciences tient à affirmer avec force et que ce rapport va commenter en détail. Ce rapport poursuit le travail spécifique effectué par des chercheurs, des enseignants et des inspecteurs généraux depuis 2008 sur l’enseignement de la science informatique, date à laquelle la réintroduction de la science informatique au lycée est devenue un objectif explicite du Ministère de l’Éducation nationale. Ce travail collaboratif sur les principes et le programme a débuté dans le cadre de la réforme de l’éducation de 2008, et s’est continué ensuite lorsqu’a été décidé, peu après, le retour de la science informatique au lycée à la rentrée 2012, sous la forme de l’enseignement de spécialité Informatique et sciences du numérique en terminale scientifique. Ce rapport poursuit également les travaux de l’Académie des sciences, qui avait déjà émis des avis partiels sur l’introduction de l’informatique dans l’enseignement, en particulier dans des rapports de 20071 et 20102. Le texte du Socle commun de connaissances de 2006 incluait aussi dans son pilier 3 des paragraphes sur la compréhension du traitement électronique et numérique de l’information, sur proposition de l’Académie des sciences. ce rapport a été rédigé avant la publication de la feuille de route du gouvernement définie au séminaire gouvernemental sur le numérique de mars 2013. Cette feuille de route insiste sur l’importance croissante de l’industrie du numérique et de la place du numérique dans un nombre grandissant d’activités et dans la création d’emplois. Ce rapport insiste aussi sur l’importance d’une vraie familiarisation de l’ensemble de la population avec l’informatique, ainsi que sur la nécessité de former beaucoup plus de professionnels compétents dans le domaine. Il indique enfin qu’une réflexion sur la place que doit prendre la science informatique, à tous les niveaux d’enseignement, sera prochainement engagée. Source : Agence SEO.

30. août 2017 par admin
Catégories: Politique | Tags: , , | Commentaires fermés

L’assiette des français

Depuis les années 60, les Français ont sans cesse réduit la part de leur budget consacré à l’alimentation mais ces dernières années sont marquées par un léger réveil des papilles. Le budget alloué à l’alimentation représente près de 20% des dépenses en 2014 contre 35% dans les années 60, selon la dernière enquête de l’Insee sur le sujet (2015). Cette tendance à la baisse depuis 50 ans s’explique par une hausse du pouvoir d’achat. Calculé en valeur (en prenant en compte l’inflation), ce pouvoir d’achat a augmenté « de 10,7% entre 1960 et 1990″, indique Lorraine Aeberhardt, chef de la division synthèse des biens et des services de l’Insee. La part du budget consacrée à l’alimentation a « quasiment perdu un point chaque année jusqu’en 1990, date à laquelle on a atteint la limite de saturation ». En effet, « ce n’est pas parce qu’on gagne deux fois plus qu’on va manger deux fois plus », explique Mme Aeberhardt. Les Français dépensent alors pour le logement, les loisirs, les transports… Toutefois, selon les chiffres actualisés de l’Insee, « la part du budget allouée à l’alimentation a augmenté de 0,33% entre 2012 et 2016″, indique Mme Aeberhardt, s’appuyant sur un calcul comprenant produits alimentaires à domicile, boissons et restaurants. Les Français seraient-ils disposés à inverser la tendance ? Les réponses des spécialistes divergent. Pour Mme Aeberhardt, cette « légère hausse » entre 2012 et 2016 montre une « stabilisation du budget alloué à l’alimentation, qui ne décroît plus depuis les années 90″. « Il serait vraiment dangereux de parler d’un retournement de situation. » Mais pour Pascale Helbel, directrice du pôle consommation et entreprise du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), « c’est du jamais vu ». Cette augmentation « inédite » serait due à plusieurs facteurs marquants selon Mme Helbel, dont le centre réalise des baromètres sur les préférences alimentaires des Français tous les trois ans. Economiquement, la crise de 2008 a fragilisé les portefeuilles, ce qui aurait incité les Français à « arbitrer en faveur de l’alimentation » contre des postes de dépenses comme la high-tech. Sanitairement, alors qu’avant la crise les Français « traumatisés par la crise de la vache folle » dépensaient juste ce qu’il fallait pour se nourrir sans tomber malade, « pendant la crise, les Français en ont eu marre de se poser des questions sur leur santé et ont réhabilité le plaisir ». Cette réhabilitation a aussi été portée par une « politique publique de réenchantement par laquelle la gourmandise a été revalorisée » après une série de campagnes nutritionnelles préventives dans les années 80, estime Mme Helbel. Par exemple, l’Unesco a inscrit le repas gastronomique des Français au patrimoine de l’humanité en 2010. Les classes supérieures n’auraient pas réagi de la même manière à la crise de la viande de cheval en 2013 qu’à celle de la vache folle aux débuts des années 90: au lieu de se détourner de leur assiette en dépensant moins, elles auraient alloué une part plus importante de leur budget pour une alimentation saine « en se reportant sur les produits bio, les labels, le circuit court », détaille Mme Helbel. La consommation bio à domicile par les ménages a augmenté de 21,7% en valeur en 2016 par rapport à 2015, a noté de son côté l’Agence Bio.

25. juillet 2017 par admin
Catégories: Uncategorized | Commentaires fermés

Erasmus a 30 ans

Erasmus, le programme qui depuis 30 ans a permis à plus de 9 millions de personnes de partir étudier à l’étranger, a désormais son « appli » spécifique sur smartphone, destinée notamment à faciliter les démarches administratives des candidats au départ, a annoncé mardi la Commission européenne. Cette application permettra aux étudiants de « suivre l’état d’avancement des différentes démarches administratives avant, pendant et après leur séjour à l’étranger », mais également de « partager et voter pour leurs conseils favoris pour aider les autres à s’intégrer à la population locale », a expliqué l’exécutif européen dans un communiqué.  « Erasmus est une bonne réponse à la bêtise des égoïsmes nationaux et du repli sur soi », a souligné le président de la Commission, Jean-Claude Juncker, lors d’une cérémonie organisée dans l’hémicycle du Parlement à Strasbourg pour célébrer les 30 ans d’Erasmus – avec la présence symbolique de 33 participants à ce programme, un pour chaque pays participant.  « Chaque euro que nous investissons dans le programme Erasmus+ est un investissement dans l’avenir — l’avenir d’un jeune et de notre idée européenne », a ajouté le chef de l’exécutif européen, à propos de ce dispositif considéré comme le programme européen ayant connu le plus grand succès.  « Selon des rumeurs non officielles, on parle même d’un million de +bébés Erasmus+. La Commission n’est pas responsable de cela, mais je me félicite de cette forme de croissance commune européenne », a ajouté M. Juncker.  Créé le 15 juin 1987, le programme Erasmus permettait à l’origine aux seuls étudiants de partir suivre une année de cursus à l’étranger. Mais il n’a cessé de s’étendre, passant de 11 pays inscrits au départ à 33 pays participants. Désormais nommé Erasmus+, il a aussi gagné élèves du primaire et du secondaire, des lycées professionnels, demandeurs d’emplois, etc.  « L’avenir, c’est de permettre à chacun de vivre cette expérience, même si sa famille n’a pas les moyens financiers de l’accompagner », a souligné l’eurodéputée allemande Petra Kammerevert, en charge des questions d’éducation au Parlement. L’UE consacre au total 14,7 milliards d’euros à Erasmus+ pour la période 2014-2020, soit 1,5% du budget communautaire, mais « à l’avenir, nous devons viser un niveau de 3% », a-t-elle ajouté.  Outre les 28 pays membres de l’Union, le programme Erasmus+ inclut la Turquie, la Macédoine, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein.  Après le Brexit, « nous espérons que le Royaume-Uni restera dans Erasmus, c’est essentiel », a commenté mardi le référent du Parlement européen pour les négociations avec Londres, Guy Verhofstadt. Ce point « doit être une priorité dans les négociations avec les Britanniques », a-t-il ajouté.

21. juin 2017 par admin
Catégories: International, Politique | Commentaires fermés

En avion de chasse

Aussi loin que remontent mes souvenirs, j’ai toujours été fasciné par les avions de chasse. Il fallait donc bien qu’un jour, je concrétise ce vieux fantasme : effectuer un vol à bord de l’un d’eux. Ce que j’ai finalement fait lundi dernier. Ca a commencé à Paris Pontoise. Je me suis présenté au matin, un peu impatient. J’avais mal dormi la veille à l’idée de ce qui m’attendait. Après l’incontournable briefing où l’équipe m’a décrit l’appareil, j’ai enfilé ma combinaison de vol puis me suis rendu sur le tarmac. Le Fouga Magister m’y attendait. Comme il revenait justement d’un vol, j’ai croisé en cours de route le client précédent, qui était légèrement pâlot. Je lui ai demandé comment cela s’était passé pour lui et il m’a montré un peu gêné son sac à vomi. Cool. Le ventre noué, je me suis donc hissé à bord du Fouga et harnaché au siège. Quelques minutes plus tard, on était parti. Je dois reconnaître que le décollage est passablement décevant. Contrairement à ce que pensais, la poussée est très linéaire. J’ai surtout été frappé par la stabilité de l’appareil : il reste stable en dépit des rafales de vent. La première partie du vol a été plutôt paisible. Puis le pilote m’a demandé par le casque-micro si on pouvait amorcer la partie acrobatique. J’ai répondu avec un sourire. Mais quand ça a vraiment commencé, j’ai vite cessé de sourire ! On a commencé par une vrille à gauche, puis une autre à droite, histoire de se mettre en jambes. J’ai eu l’impression d’être écrasé contre mon siège. On a immédiatement enchaîné par une série de tonneaux. La pression m’a de nouveau plaqué au siège. Mon champ de vision s’est rétréci et je me suis immédiatement contracté pour éviter le black-out. Après le dernier tonneau, le pilote a vérifié que j’étais toujours partant avant d’aller plus loin. Les acrobaties se sont alors succédées à un rythme d’enfer : looping, boucles, vol dos. Le pilote semblait décidé à me faire goûter à tout. A peine avions-nous terminé une figure qu’une autre suivait. Le pilote me demandait régulièrement si j’étais toujours présent, et je répondais avec un sourire à la Humpty Dumpty. Malgré l’intensité des évolutions qui allait de plus en plus loin, je me laissais progressivement aller, jouissant pleinement de ces sensations incroyables. Étonnamment, c’est lorsque la phase de voltige s’est terminée que j’ai commencé à avoir la nausée. J’ai commencé à comprendre pourquoi le client précédent avait vomi. En définitive, j’ai fini par remplir moi aussi le petit sac délivré en début de vol… Suivez lien pour le détail de l’expérience de vol en avion de chasse.

pilote de chasse3

29. mai 2017 par admin
Catégories: moi | Tags: , | Commentaires fermés

Mort du chef militaire de l’EI

Le gouvernement afghan et l’armée américaine ont confirmé, dimanche, la mort du chef de l’organisation de l’État islamique en Afghanistan, Abdul Hasib, lors d’une opération conjointe des forces américaines et locales fin avril. Le chef de l’organisation de l’État islamique (EI) en Afghanistan, Abdul Hasib, a été tué lors d’une opération conjointe des forces américaines et locales dans l’est du pays fin avril, ont affirmé, dimanche 7 mai, le gouvernement afghan et l’armée américaine. « Plusieurs autres responsables de haut rang » de l’organisation ont également été tués ainsi que 35 combattants, au cours de ce raid mené par des commandos afghans en partenariat avec les forces américaines, précise le quartier général des forces américaines en Afghanistan dans un communiqué. « Cette opération conjointe réussie constitue un nouveau pas important dans notre campagne résolue pour anéantir l’EI-K en 2017″, souligne le patron des forces américaines à Kaboul, le général John Nicholson qui dispose de 8 400 hommes en Afghanistan sous bannière de l’Otan. « C’est le second Emir de l’EI que nous tuons en neuf mois avec des dizaines d’autres chefs et des centaines de leurs combattants». Dans une déclaration distincte, la présidence afghane a de son côté confirmé « que Abdul Hasib, leader de l’EI-Khorasan (appellation de la branche locale de l’EI en Afghanistan, ndlr) a été tué dans la province du Nangarhar », frontalière du Pakistan et fief de l’EI. Kaboul s’est par ailleurs « engagé à poursuivre les opérations contre Daesh (acronyme arabe de l’EI) et contre les autres terroristes jusqu’à ce qu’ils soient anéantis ». Le Pentagone avait déjà annoncé le 29 avril, sans pouvoir la confirmer, la mort « probable » de Abdul Hasib lors d’une opération qui avait couté la vie à deux Rangers américains, possiblement tués par des « tirs amis ». Par ailleurs, la présidence afghane et le QG américain affirment qu’Abdul Hasib est celui qui avait « ordonné l’attaque contre l’hôpital militaire à Kaboul » le 8 mars. Officiellement, l’opération, très bien préparée et qui avait duré plus de six heures, avait fait une cinquantaine de tués, mais largement plus du double selon des sources de sécurité. Les forces américaines ont lancé début mars une offensive anti-EI dans le Nangarhar afin d’en déloger les islamistes « et d’envoyer un message clair à l’EI selon lequel il n’y aura pas de sanctuaire pour ses combattants en Afghanistan ». L’armée américaine a notamment largué le 13 avril la plus puissante bombe conventionnelle de son arsenal sur des positions souterraines de l’EI dans le district d’Achin, au Nangarhar, faisant 96 tués parmi les jihadistes.

12. mai 2017 par admin
Catégories: International | Commentaires fermés

Interrogations après l’attaque d’une déchetterie dans l’Essonne

Six personnes sont parvenues à dégrader ou incendier une cinquantaine de camions-poubelles dans la nuit de dimanche à lundi à Wissous. Le préjudice est estimé à un million d’euros. Sept véhicules incendiés, 44 autres vandalisés, le tout en quelques minutes: le site privé de collecte de déchets ménagers de Wissous, dans l’Essonne, a été le théâtre d’un acte de vandalisme impressionnant dans la nuit de dimanche à lundi. À 1h30 du matin, six individus ont découpé les grillages qui délimitent le périmètre, avant de ligoter le gardien de nuit et de commettre leurs méfaits. Après avoir répandu de l’essence dans les cabines, ils ont mis le feu à sept véhicules, qui ont intégralement brûlé. Quarante-quatre autres véhicules ont été endommagés avec notamment les vitres brisées. La journée des employés commençant à 4h30, personne n’est alors sur les lieux et n’a donc été blessé. Le gardien, bien que choqué, a réussi à se défaire de ses liens pour immédiatement alerter les forces de l’ordre et les pompiers. Ceux-ci sont intervenus rapidement pour éteindre les flammes, mais les dégâts sont considérables: à 160.000 euros en moyenne le véhicule, le préjudice est évalué à environ un million d’euros selon la Direction départementale de la sécurité publique de l’Essonne, en charge de l’enquête. Le coup est d’autant plus dur qu’Europe Services Déchets, exploitant du site, a «déjà été confronté à des actes de vandalisme» rappelle au Figaro Thierry Roudot, directeur de la société. À la fin du mois de décembre 2016, dix camions-poubelles avaient en effet déjà été incendiés, selon le même mode opératoire. «C’est inquiétant, on se pose des questions. On ne comprend vraiment pas le but de ces actes. Bien sûr il y a de la concurrence, mais on ne veut pas y croire, il y a d’autres moyens de régler des conflits.»

11. avril 2017 par admin
Catégories: Uncategorized | Commentaires fermés

← Articles plus anciens