La redistribution, une évolution sociale

J’ai toujours été sidéré que notre pays ait pu se laisser submerger par ce système d’aides sociales. Mais aujourd’hui, j’ai finalement reçu un début de réponse à cette énigme. Dernièrement, j’ai en effet suivi un séminaire à Barcelone au cours duquel un intervenant a entrepris de mettre en évidence l’évolution naturelle qui s’applique à tous les pays en matière de répartition de richesse. Son intervention m’a paru particulièrement sensée parce qu’elle expliquait comment ceux-ci répartissent finalement la richesse en fonction de leur niveau de développement. Il a commencé par démontrer que dans les sociétés très pauvres, l’inégalité était assez faible. La population est en effet dans l’ensemble dans la même situation précaire et les différences de revenus sont automatiquement restreintes. Lorsque la société s’enrichit, l’inégalité se développe. Car dans le cas d’une phase de croissance massive, tout un chacun ne progresse pas de la même manière. Au cours de cette phase décisive, les clés du succès sont surtout dans l’accès à des moyens financiers. Comme au départ, ces facteurs divergent considérablement selon les individus, la progression de la richesse au sein de la société sera elle aussi distribuée de manière très inégale. L’ensemble de la prospérité se développera très vite mais tout le monde n’en profitera pas de la même façon. C’est un tel phénomène qui est actuellement à l’oeuvre au Mexique. Cependant, à partir d’un certain niveau de revenus, les choses changent. C’est généralement le moment où le citoyen moyen est également devenu un électeur ; il peut dès lors faire clairement entendre que la redistribution est primordiale à ses yeux, ce qui en fera de plus en plus une priorité dans l’agenda politique. Les pays occidentaux se trouvent presque tous dans cette phase d’inégalité très faible. Si ce séminaire m’a surtout plu pour son organisation, je dois dire que le discours de cet intervenant m’a séduit, car il livrait une des clefs de la compréhension du monde actuel. Contrairement à ce que certains prétendent, notre pays compte dans le palmarès des pays où l’inégalité a diminué le plus au cours de ces dernières années. Cette obsession croissante mise sur la redistribution en vient cependant, à terme, à occulter la recherche de prospérité. Ce qui fait qu’il y a, au final, moins à redistribuer. Retrouvez le site de l’organisateur de ce séminaire à Barcelone pour en savoir plus.

01. février 2018 par admin
Catégories: Politique | Commentaires fermés

Si vous êtes ecclectique

Comme on pouvait s’y attendre, et comme cela arrive toujours, la multiplicité des sectes a amené deux tendances, l’une consistant à sélectionner quelque peu arbitrairement de chaque secte ce qu’on y trouve de mieux, appelé «éclectisme», l’autre en pensant que l’école a saisi la vérité, que la vérité n’est pas à saisir, ce qu’on appelle le «scepticisme».  Les éclectiques, qui ne formaient pas une école qui eût été difficile dans l’esprit où ils agissaient, n’avaient que ceci en commun, qu’ils vénéraient les grands penseurs de la Grèce antique, et qu’ils sentaient ou essayé de ressentir du respect et de la tolérance pour toutes les religions. Ils vénéraient Socrate, Platon, Aristote, Épicure, Zénon, Moïse, Jésus, Saint Paul et aimaient à imaginer qu’ils étaient chacun une révélation partielle de la grande pensée divine, et ils s’efforçaient de réconcilier ces révélations divergentes en procédant sur de larges lignes. et considérations générales. Parmi eux, Moderatus, Nicomaque, Nemesius, etc. Le plus illustre, sans être le plus profond, quoique son talent littéraire l’ait toujours tenu en avant, fut Plutarque. Son principal effort, depuis lors souvent renouvelé, était de réconcilier la raison et la foi (j’écris de la foi polythéiste). Percevant dans la mythologie des allégories ingénieuses, il montra que sous le nom d’allégories couvrant et contenant des idées profondes, tout polythéisme pouvait être accepté par la raison d’un platonicien, d’un aristotélicien ou d’un stoïcien. L’éclectisme n’avait pas beaucoup d’influence, et ne plaisait qu’à deux sortes d’esprits: ceux qui préféraient la connaissance à la conviction et trouvaient dans l’éclectisme une variété agréable de points de vue; et ceux qui aimaient croire un peu en tout, et possédant des esprits réceptifs mais pas fermes n’étaient pas loin des sceptiques et qui pourraient être appelés sceptiques affirmatifs en opposition aux sceptiques négatifs: sceptiques qui disent, « Cieux, oui », par opposition à sceptiques qui disent toujours, « Vraisemblablement, non. »

24. janvier 2018 par admin
Catégories: Politique | Commentaires fermés

L’hotellerie et le harcèlement

Un barman a déclaré dans un procès qu’après un collègue en 2012 a forcé sa main sur ses organes génitaux et les fesses, le directeur de la sécurité de l’hôtel l’a réprimandée pour aller à la police. L’hôtel a réglé le procès en février pour une somme non divulguée, indique un document judiciaire. Deux cuisinières de l’hôtel ont déclaré dans un procès en 2008 que les superviseurs les avaient empêchés de quitter la cuisine, les avaient poussés contre des compteurs et frotté leurs parties génitales contre les fesses des femmes. Les parties ont conclu un accord de règlement confidentiel, a déclaré Bradley C. Gage, un avocat pour les plaignants. M. Nissenbaum a déclaré que l’hôtel était légalement interdit de commenter les employés et les questions juridiques connexes. Susan Minato, coprésidente d’Unite Here Local 11 à Los Angeles, a déclaré que les ménagères non syndiquées lui ont dit qu’elles évitaient de signaler le harcèlement par peur d’être licenciées. Les femmes de ménage de la péninsule ne sont pas syndiquées. Dans le but d’obtenir des protections pour tous les travailleurs, avec ou sans syndicat, Unite Here a réclamé une législation à Long Beach, au sud de Los Angeles, qui aurait obligé les hôtels à fournir des boutons de panique, mais le conseil municipal a rejeté la mesure. Une enquête syndicale menée auprès des travailleurs de l’hôtel à Chicago a révélé que 58% d’entre eux avaient été harcelés sexuellement par un invité. Les organisateurs syndicaux ont déclaré que les travailleurs immigrants étaient particulièrement vulnérables. Et le même déséquilibre de pouvoir qui donne aux clients trop de contrôle sur les travailleuses peut aussi rendre les travailleurs vulnérables à leurs dirigeants, a déclaré Karen Kent, la présidente d’Unite Here Local 1 à Chicago. M. Weinstein a souvent transformé une suite péninsule du quatrième étage en son siège social loin de chez lui. Il a également mis en place une équipe de son personnel, un ancien associé de son dit. Ses séjours auraient probablement rapporté des milliers de dollars; Les chambres de la péninsule coûtent plusieurs centaines de dollars la nuit, tandis que les suites coûtent plus de 2 000 dollars la nuit. Cet argent a acheté un service personnalisé. Les employés se sont rencontrés pour discuter des arrivées du lendemain. Les clients réguliers peuvent stocker des choses pour leur prochain séjour. Pour M. Weinstein, les travailleurs de l’hôtel ont fourni à la pièce de l’un de ses assistants une papeterie portant le nom de l’assistant, a indiqué l’ancien associé. « Chaque fois que vous restez là-bas, ce que vous commandez, ce que vous mangez – il y a un enregistrement », a déclaré un ancien membre du personnel de la péninsule qui a participé à des réunions avant l’arrivée. L’hôtel est une photo d’opulence. Lors d’une récente visite, l’allée en fer à cheval était bordée de voitures de luxe. Suspendus aux arbres, les orbes étaient couverts de petites lumières. À l’intérieur, les préposés se pressaient autour d’offrir des boissons. Les chefs de studio, les agents et les acteurs se rendaient souvent dans la suite de M. Weinstein. Photo Il ya deux décennies, l’actrice Lola Glaudini a été présentée à M. Weinstein par l’acteur Edward Norton lors d’une avant-première pour le film « Rounders ». Elle a été invitée à rencontrer M. Weinstein au Peninsula Beverly Hills quelques jours plus tard. Vidéo de Credit WireImage, via Getty Images À la fin de l’été 1998, Lola Glaudini, alors âgée de 26 ans, est arrivée à la péninsule pour ce qu’elle pensait être une rencontre au sujet de sa carrière d’actrice avec M. Weinstein. Après l’avoir demandée à la réception, une assistante l’a emmenée à l’étage et l’a laissée dans une suite transformée d’un lieu de travail en bacchanale. Un chariot de service de chambre a été entassé avec du champagne, du homard et des crevettes. De la chambre, il lui a dit de se servir un verre – elle ne l’a pas fait – et il est sorti à peine de vêtements, a dit Mme Glaudini. Ils s’étaient rencontrés quelques jours plus tôt, lors d’une soirée de première pour le film « Rounders ». Mme Glaudini, soucieuse de combler les lacunes dans sa mémoire, a récemment trouvé une vidéo sur tapis rouge sur YouTube qui a enregistré l’introduction. Elle a approché le Times avec son histoire en octobre peu après la publication d’une enquête sur des allégations de harcèlement sexuel contre M. Weinstein. Dans sa suite, M. Weinstein lui a demandé de jouer dans un fantasme, a essayé de l’inciter à se coucher et, quand elle a refusé ses avances, lui a dit sur le balcon au sujet des actrices qu’il prétend avoir dormi, y compris Mme Paltrow, et a suggéré elle fait de même pour un rôle. « Tout ce que je voulais juste faire était de mettre la réunion sur les rails », a déclaré Mme Glaudini. « Je voulais la réunion. » Mme Baird, porte-parole de M. Weinstein, a déclaré qu’il « n’a jamais déclaré qu’il dormait avec l’un d’eux », se référant aux actrices. Mme Paltrow a dit qu’elle l’avait repoussé. Par la suite, Mme Glaudini a dit qu’elle s’est stabilisée avec un verre de vin au bar de l’hôtel, balayant les femmes qui venaient chercher quelqu’un qu’elle craignait de devenir sa prochaine victime. Elle a dit qu’elle l’avait dit à son père et à son petit-ami d’alors, maintenant mari. Dans des interviews séparées, ils ont tous deux confirmé son compte et rappelé que Mme Glaudini était ébranlée et déçue. Quelques jours plus tard, M. Weinstein lui a envoyé une carte lui demandant de contacter son équipe de développement si elle proposait un projet, a dit Mme Glaudini. Il lui a dit qu’il serait heureux de se joindre à la réunion. Source: les plus beaux hôtels du monde.

18. décembre 2017 par admin
Catégories: Business | Commentaires fermés

La maturité de bloguer

Sa maturité vient également avec l’âge. « À 30 ans, dès que j’élevais la voix, je me croyais en échec. Aujourd’hui, je ne me flagelle plus. » On en revient toujours à la fameuse confiance en soi, clé de l’équilibre. « À un moment, tu voies que tes gamins vont bien et tu arrêtes de douter de toi. Mais ça prend du temps: je ne connais pas de mère rock’n’roll à 25 ans! » Et elle concède ne s’être pas pour autant complètement débarrassée de la pression du regard des autres. « Il m’arrive de ne pas leur faire de shampoing pendant une semaine, mais je m’arrange pour que les vêtements soient présentables! », plaisante-t-elle. Sa soeur cadette l’inspire beaucoup dans son apprentissage de la maternité. Infirmière peu portée sur Montessori et l’éducation positive, elle a une approche pragmatique qui l’aide à relativiser les discours ambiants ultra précautionneux. « Elle ne se pose pas la question de ‘tétine’ ou ‘pas tétine’ », résume Agnès. De par son expertise, « elle sait ce qu’est une urgence ». Parmi tout ce qu’Agnès a partagé avec ses lectrices, son idée d’éducation approximative est celle qui me séduit le plus. « J’ai été élevée par un père assez autoritaire qui disait beaucoup ‘non’ sans forcément se justifier et par une mère qui nous laissait faire ce qu’on voulait. Entre les deux, je n’ai pas choisi mon camp. » Elle donne l’exemple des écrans, l’un des nombreux sujets sur lesquels elle n’a pas de position complètement tranchée. « La télé allumée en continu pendant les repas, pas question, mais chacun des deux grands a son iPad à disposition sans interdit. » Elle réfléchit, sourit. « Parfois je lance ‘Ce week-end, pas d’écran!’ et tant pis si les enfants ne savent plus sur quel pied danser. S’il m’arrive de changer d’avis, j’affirme toujours les choses avec conviction. » Elle croit ce qu’elle dit au moment où elle le dit, ses enfants le sentent. Côté alimentation, Agnès est encore plus relax: « Je m’en fous totalement. » Une position aux allures de contre-scénario: « Quand j’étais petite, la cantine a développé chez moi des phobies alimentaires terribles. On nous forçait, nous mettait au piquet, certains vomissaient dans leur assiette. » Les conséquences se font encore sentir aujourd’hui: « Je ne peux pas manger un fruit. » Pour limiter les problèmes avec ses propres enfants, elle se contente de leur faire de tout et de les laisser manger ce qu’ils veulent, sans y mettre le moindre affect. Plus je l’écoute, plus elle me fait l’effet d’une anti Working Girl des eighties. Alors que ces dernières devaient donner l’apparence de « tout » réussir, Agnès désosse chacune de ses fragilités devant nous, sans honte et en toute sincérité. Elle ne voit pas non plus d’inconvénient à révéler ses failles à ses enfants, reconnaissant qu’il lui est quelquefois arrivé de pleurer devant eux. « Certains mercredis, je leur dis ‘maman est fatiguée, vous restez tous au centre des loisirs.’ Ils protestent, mais je leur dis que j’en ai besoin. C’est ma théorie du masque à oxygène: en cas de problème, je commence par le mettre sur moi pour pouvoir ensuite m’occuper d’eux. Je sais qu’il faut que j’aille bien pour que mes enfants aillent bien. »

14. décembre 2017 par admin
Catégories: moi | Commentaires fermés

Là-haut

La semaine dernière, j’ai testé avec mon épouse un vol en montgolfière. Ca s’est passé à Cholet, et je dois dire que c’était carrément merveilleux. Pourtant, il faut être honnête : je n’étais pas spécialement chaud au départ (c’est ma douce qui a fait des pieds et des mains pour que j’aille avec elle), mais je dois reconnaître que j’ai été agréablement surpris. Parce que les sensations là-haut sont splendides ! Certes, ce ne sont pas des sensations fortes comme celles qu’on peut ressentir dans d’autres disciplines aériennes. Mais ce sont des sensations très singulières. On y profite d’une vue imprenable, mais ça ne résume pas tout. Ca, c’est juste la partie émergée de l’iceberg, en fait. Lorsqu’on s’élève dans les cieux à bord de cet étrange appareil, l’esprit aussi s’élève. Et ça, c’est juste incroyable. C’est un truc assez difficile à décrire, qu’on ne ressent pas du tout à bord d’un avion, par exemple. Peut-être est-ce dû au fait qu’on peut sentir le vent sur sa peau. Je ne sais pas , mais c’est en tout cas ce qui en fait tout le charme. Les vols se passent à l’aube, car en journée, le soleil provoque des courants d’air chaud qui peuvent conduire le ballon n’importe où. On survole donc un monde qui sort peu à peu de son sommeil. D’une certaine manière, c’est comme assister à la naissance du monde. D’autant plus qu’avec la hauteur, tous les éléments du paysage sont minuscules : on a donc un peu la sensation d’être Dieu assistant au réveil du monde. Je serais bien incapable de vous décrire toutes les idées qu’on peut avoir dans les cieux, mais c’est absolument divin ! Toutefois, je n’ai pas l’impression que tout le monde à bord ait vécu la même expérience. Nous étions quatre à bord (sans compter l’aérostier), et certains ambitionnaient simplement de distinguer leur maison depuis les cieux. Mais en même temps, c’est un peu comme au cinéma : un même film peut être perçu de manière très différente d’un spectateur à l’autre ! Quoi qu’il en soit, si vous en avez un jour l’occasion, tentez l’aventure. Vous pouvez voir le site par lequel je suis passé pour ce vol en montgolfière. Si vous habitez pas trop loin de Cholet, sautez le pas : la vue est tout simplement sublime. Et scruter la nature par les yeux de Dieu, ça mérite bien de sacrifier quelques heures de sommeil… Retrouvez plus de renseignements sur l’organisateur de cette expérience de ce baptême de l’air en montgolfière à Cholet.

montgolfiere1

21. novembre 2017 par admin
Catégories: moi | Tags: | Commentaires fermés

L’UE et le traitement des eaux urbaines résiduaires

La Directive relative au traitement des eaux urbaines résiduaires, accompagnée des autres instruments européens relatifs à la lutte contre la pollution et à la protection de l’environnement, est un outil juridique majeur qui a contribué aux progrès dont témoigne la figure 12.1. La Directive, adoptée en 1991, porte sur la collecte, les rejets et le traitement des eaux usées urbaines. Elle vise principalement à protéger les eaux de surface des effets néfastes des rejets d’eaux usées. Cela passe par l’obligation de la collecte et du traitement des eaux usées dans toutes les agglomérations ayant un équivalent habitant (EH) supérieur à 2 000. La Directive prévoit un traitement biologique des eaux usées (traitement secondaire) dans les agglomérations ayant un EH supérieur à 10 000, ou même plus faible. Dans les bassins versants présentant des eaux particulièrement sensibles (ce qui représente près de 75 % du territoire de l’UE), tels que ceux qui sont atteints d’eutrophisation, un traitement tertiaire est parfois requis. La Directive prévoyait, au moyen d’un calendrier progressif de mise en œuvre, de commencer par la mise en conformité des systèmes des plus grandes agglomérations, dont l’impact est théoriquement le plus élevé. Sur la base des séries de données fournies par 28 États membres de l’UE, portant sur plus de 19 000 agglomérations ayant un (EH) supérieur à 2 000 et générant une pollution correspondant à 495 millions d’EH, la Commission européenne a évalué le taux de conformité général à 88 %. Un investissement supplémentaire de 22 milliards d’euros est prévu, ce qui permettra aux États membres de l’UE de se conformer pleinement à la Directive. L’un des principaux défis en matière de mise en œuvre, en dehors des investissements, est la planification à long terme. Là où l’application de la Directive est en bonne voie et où des réseaux d’égouts unitaires sont en place, les débordements d’eaux pluviales peuvent aussi présenter des risques de pollution diffuse. Il importe donc de limiter ces débordements afin d’améliorer les taux de conformité. La mise en conformité représente un défi, surtout pour les nouveaux États membres, mais il s’agit aussi d’une occasion d’accomplir des progrès.

21. novembre 2017 par admin
Catégories: Business | Commentaires fermés

Vol, peur et réfléxologie

L’une des plaintes les plus courantes concernant le vol est l’oreille bloquée et les sinus douloureux. Cela peut être exaspéré lorsque vous voyagez avec un rhume ou une grippe. Alors, comment Reflexology peut-il aider avec cela? La réflexologie est basée sur la théorie selon laquelle tout le corps, ses structures, ses glandes et ses organes sont «tracés» sous la forme de «réflexes» sur les pieds et les mains. Masser et travailler des points de pression spécifiques sur les pieds ou les mains peut libérer des blocages d’énergie, soulager certains symptômes et équilibrer le corps. (Un réflexologue professionnel utilise des techniques de pression spécifiques.) La réflexologie est principalement effectuée sur les pieds, mais elle peut également être réalisée sur les mains, à quoi nous nous concentrons maintenant. Sur le tableau de réflexologie ou «carte», tous les orteils et les doigts se rapportent à la tête, le visage, les yeux, les oreilles, le nez, les nerfs crâniens et les sinus. Ainsi, en massant tous vos doigts, vous pouvez aider à soulager la congestion des sinus et les oreilles bloquées. Ma suggestion est de commencer dans le salon de départ (ou même à la maison ou de voyager à l’aéroport si vous avez un rhume ou de savoir que vous souffrez habituellement dans l’avion). Trouvez un endroit où vous pouvez vous asseoir dans le confort, essayez de vous détendre et de masser tous vos doigts et les doigts de la base à la pointe (cela peut être très apaisant en soi). Si vous trouvez des zones sensibles, prêtez-leur une attention particulière. Continuer sur l’avion avant et pendant le décollage et l’apres si nécessaire. Ces étapes simples peuvent souvent avoir des résultats étonnamment bons. Une autre suggestion que j’ai consiste à trouver un tableau de réflexologie à la main. Ceux-ci peuvent généralement être ramassés dans des librairies alternatives ou en ligne. Ceux-ci font d’excellents signets et vous donnent également l’information à portée de main pour vous aider avec des problèmes mineurs sur vos déplacements. Remarque; ces astuces ne remontent pas à un traitement de réflexologie complet où l’ensemble du corps est réintégré. Mais sont destinés à aider les symptômes sur place. Pour en savoir plus, retrouvez tous les conseils sur le site de la Peur en avion.

11. octobre 2017 par admin
Catégories: International | Commentaires fermés

L’évolution de la population européenne

Les Européens vivent plus longtemps et en meilleure santé, et c’est une bonne nouvelle. Grâce à des décennies de paix, de couverture médicale, d’avancées médicales et de meilleures conditions de vie et de travail, un plus grand nombre de personnes jouissent aujourd’hui d’une retraite plus longue et plus active. L’espérance de vie s’est améliorée de manière spectaculaire. Pour les hommes, elle est passée de 43 ans en moyenne en 1900 à 82 en 2050 selon les prévisions. Pour les femmes, elle était de 46 ans et il est prévu qu’elle atteigne 87 ans d’ici à 2050. La plupart des bébés nés en Europe d’ici à 2025 seront encore en vie dans 100 ans. Cependant, l’espérance de vie en bonne santé et l’accès aux services de soins de santé varient encore considérablement selon les catégories de revenus et les régions. Les Européens ont également moins d’enfants qu’auparavant. Dans les années 60, la norme était de plus de deux naissances par femme, tandis qu’actuellement le taux de fécondité de l’UE est de 1,58 en moyenne. À titre d’exemple, les taux de fécondité en Irlande et au Portugal étaient de plus de 3, contre moins de 2 à l’heure actuelle. L’augmentation de l’espérance de vie associée à la chute des taux de fécondité génère un vieillissement important de notre société. Le nombre de personnes âgées de plus de 65 ans est déjà supérieur au nombre d’enfants de moins de 14 ans au sein de l’UE. D’ici à 2050, près d’un tiers des Européens seront âgés de 65 ans ou plus, alors qu’ils ne représentent que moins d’un cinquième de la population aujourd’hui. Par rapport au reste du monde, l’Europe sera la région «la plus âgée», avec un âge médian de 45 ans à l’horizon 2030. L’augmentation de l’espérance de vie n’est pas toujours synonyme d’années de vie en bonne santé: quelque 50 millions de personnes dans l’EU-27 souffrent de maladies chroniques, qui causent chaque année la mort prématurée de près d’un demi-million de personnes en âge de travailler. Ces décès pourraient être évités grâce à des politiques de santé publique et de prévention plus efficaces ou à des prestations de soins de santé plus rapides et plus efficaces.

06. octobre 2017 par admin
Catégories: Politique | Commentaires fermés

La feuille de route informatique

Le développement de l’informatique et la numérisation systématique d’informations de toutes sortes bouleversent l’ensemble de la société et de ses activités, conduisant à ce qu’on appelle au sens large « le monde numérique ». La spécificité des activités et industries numériques est claire : elles manipulent des informations immatérielles, très différentes des objets matériels. Un programme ou une donnée informatique ne pèsent rien, se transportent quasiment sans coût, et se dupliquent exactement à volonté. Mais, dans notre pays, tout le monde ne reconnaît pas encore trois vérités que l’Académie des sciences tient à affirmer avec force et que ce rapport va commenter en détail. Ce rapport poursuit le travail spécifique effectué par des chercheurs, des enseignants et des inspecteurs généraux depuis 2008 sur l’enseignement de la science informatique, date à laquelle la réintroduction de la science informatique au lycée est devenue un objectif explicite du Ministère de l’Éducation nationale. Ce travail collaboratif sur les principes et le programme a débuté dans le cadre de la réforme de l’éducation de 2008, et s’est continué ensuite lorsqu’a été décidé, peu après, le retour de la science informatique au lycée à la rentrée 2012, sous la forme de l’enseignement de spécialité Informatique et sciences du numérique en terminale scientifique. Ce rapport poursuit également les travaux de l’Académie des sciences, qui avait déjà émis des avis partiels sur l’introduction de l’informatique dans l’enseignement, en particulier dans des rapports de 20071 et 20102. Le texte du Socle commun de connaissances de 2006 incluait aussi dans son pilier 3 des paragraphes sur la compréhension du traitement électronique et numérique de l’information, sur proposition de l’Académie des sciences. ce rapport a été rédigé avant la publication de la feuille de route du gouvernement définie au séminaire gouvernemental sur le numérique de mars 2013. Cette feuille de route insiste sur l’importance croissante de l’industrie du numérique et de la place du numérique dans un nombre grandissant d’activités et dans la création d’emplois. Ce rapport insiste aussi sur l’importance d’une vraie familiarisation de l’ensemble de la population avec l’informatique, ainsi que sur la nécessité de former beaucoup plus de professionnels compétents dans le domaine. Il indique enfin qu’une réflexion sur la place que doit prendre la science informatique, à tous les niveaux d’enseignement, sera prochainement engagée. Source : Agence SEO.

30. août 2017 par admin
Catégories: Politique | Tags: , , | Commentaires fermés

L’assiette des français

Depuis les années 60, les Français ont sans cesse réduit la part de leur budget consacré à l’alimentation mais ces dernières années sont marquées par un léger réveil des papilles. Le budget alloué à l’alimentation représente près de 20% des dépenses en 2014 contre 35% dans les années 60, selon la dernière enquête de l’Insee sur le sujet (2015). Cette tendance à la baisse depuis 50 ans s’explique par une hausse du pouvoir d’achat. Calculé en valeur (en prenant en compte l’inflation), ce pouvoir d’achat a augmenté « de 10,7% entre 1960 et 1990″, indique Lorraine Aeberhardt, chef de la division synthèse des biens et des services de l’Insee. La part du budget consacrée à l’alimentation a « quasiment perdu un point chaque année jusqu’en 1990, date à laquelle on a atteint la limite de saturation ». En effet, « ce n’est pas parce qu’on gagne deux fois plus qu’on va manger deux fois plus », explique Mme Aeberhardt. Les Français dépensent alors pour le logement, les loisirs, les transports… Toutefois, selon les chiffres actualisés de l’Insee, « la part du budget allouée à l’alimentation a augmenté de 0,33% entre 2012 et 2016″, indique Mme Aeberhardt, s’appuyant sur un calcul comprenant produits alimentaires à domicile, boissons et restaurants. Les Français seraient-ils disposés à inverser la tendance ? Les réponses des spécialistes divergent. Pour Mme Aeberhardt, cette « légère hausse » entre 2012 et 2016 montre une « stabilisation du budget alloué à l’alimentation, qui ne décroît plus depuis les années 90″. « Il serait vraiment dangereux de parler d’un retournement de situation. » Mais pour Pascale Helbel, directrice du pôle consommation et entreprise du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc), « c’est du jamais vu ». Cette augmentation « inédite » serait due à plusieurs facteurs marquants selon Mme Helbel, dont le centre réalise des baromètres sur les préférences alimentaires des Français tous les trois ans. Economiquement, la crise de 2008 a fragilisé les portefeuilles, ce qui aurait incité les Français à « arbitrer en faveur de l’alimentation » contre des postes de dépenses comme la high-tech. Sanitairement, alors qu’avant la crise les Français « traumatisés par la crise de la vache folle » dépensaient juste ce qu’il fallait pour se nourrir sans tomber malade, « pendant la crise, les Français en ont eu marre de se poser des questions sur leur santé et ont réhabilité le plaisir ». Cette réhabilitation a aussi été portée par une « politique publique de réenchantement par laquelle la gourmandise a été revalorisée » après une série de campagnes nutritionnelles préventives dans les années 80, estime Mme Helbel. Par exemple, l’Unesco a inscrit le repas gastronomique des Français au patrimoine de l’humanité en 2010. Les classes supérieures n’auraient pas réagi de la même manière à la crise de la viande de cheval en 2013 qu’à celle de la vache folle aux débuts des années 90: au lieu de se détourner de leur assiette en dépensant moins, elles auraient alloué une part plus importante de leur budget pour une alimentation saine « en se reportant sur les produits bio, les labels, le circuit court », détaille Mme Helbel. La consommation bio à domicile par les ménages a augmenté de 21,7% en valeur en 2016 par rapport à 2015, a noté de son côté l’Agence Bio.

25. juillet 2017 par admin
Catégories: Uncategorized | Commentaires fermés

← Articles plus anciens